Covid-19 : des milliards pour le système bancaire ouest-africain

L’annonce, qui porte sur 5 037 milliards de francs CFA, a été faite par Tiémoko Meyliet Koné, le gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Objectif : accroître le financement économique dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

« La pandémie du Covid-19 est à la fois une grave crise sanitaire mondiale et une crise économique et financière de grande ampleur. » Tel est le constat fait par le gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné. Dans un entretien accordé au quotidien sénégalais L’Observateur, Meyliet Koné explique que « 5 037 milliards de F CFA ont été mis à la disposition du système bancaire, au présentiel de 2,50 %, soit une hausse de 600 milliards depuis le début de la crise ».

Par cette mesure, a-t-il ajouté, la BCEAO veut permettre aux banques de « maintenir et d’accroître le financement économique dans l’Union ». Selon le gouverneur de la BCEAO, le taux de croissance économique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pourrait connaître un repli de trois points de pourcentage à cause de la pandémie de coronavirus. Ainsi, la BCEAO a entrepris dès le début de la crise des études pour évaluer son impact sur l’économie de l’Union.

« Nous avons développé des modèles de simulation d’impact de la crise sur les économies de l’Union et réalisé des enquêtes auprès de plus de 500 entreprises dans tous les pays de l’UEMOA. D’ores et déjà, les études montrent que les économies de l’Union seront significativement affectées par l’impact du Covid-19 », a expliqué Tiémoko Meyliet Koné. « Les résultats préliminaires des travaux en cours à la BCEAO montrent que le taux de croissance économique de l’Union, qui se situe actuellement à 6,6 %, pourrait se replier de trois points de pourcentage ou plus, en fonction de la gravité de la crise », a-t-il prévenu.

C’est la raison pour laquelle la BCEAO a aussi pris la décision d’affecter 25 milliards aux fonds de bonification à la Banque ouest-africaine de développement (Boad), pour permettre à celle-ci une bonification de taux d’intérêt et d’augmenter le montant des prêts concessionnels aux États. Le but est de les aider à financer les dépenses les plus urgentes d’investissement et d’équipements dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Ainsi, les banques sont dès lors invitées à récupérer cette baisse du coût de leurs ressources sur les taux d’intérêt des crédits à la clientèle et, en particulier, aux PME/PMI. De plus « la BCEAO a demandé aux banques des réaménagements de crédit aux entreprises de l’Union affectées par la pandémie qui rencontrent des difficultés à assurer le paiement de leurs échéances ».

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer