L’Ever Given remis à flot, le trafic reprend dans le canal de Suez

Le porte-conteneurs géant, long de 400 mètres, s’était immobilisé mardi en travers du canal de Suez, entraînant d’importantes opérations pour le libérer. Le canal de Suez voit passer environ 10 % du commerce maritime international.

Il aura fallu près d’une semaine. L’Autorité du canal de Suez (SCA) a annoncé ce lundi 29 mars la « reprise du trafic » sur cette voie maritime majeure, obstruée depuis mardi dernier par un porte-conteneurs géant, l’Ever Given, remis à flot.

« L’amiral Ossama Rabie, président de l’Autorité du canal de Suez, a proclamé la reprise du trafic sur le canal », qui voit passer environ 10 % du commerce maritime international, a annoncé en milieu d’après-midi la SCA dans un communiqué.

Lundi matin à l’aube, le navire de 400 mètres de long et de plus de 220 000 tonnes, battant pavillon panaméen, avait commencé à bouger, après la libération de sa poupe, immobilisée jusqu’alors sur la rive ouest du canal.

Les manœuvres se sont poursuivies à l’aide de plusieurs remorqueurs, jusqu’à ce que le navire se retrouve de nouveau brièvement coincé en travers du canal, selon des sites de visualisation du trafic maritime et des témoins sur place.

Peu après 15h15 heure locale, le navire s’était enfin retrouvé dans le sens de la circulation au milieu du canal, avec sa poupe et sa proue libérées.

La remise à flot du navire a été saluée par de nombreux coups de klaxons des bateaux alentours, alors que le navire commençait à remonter lentement vers le nord du canal. Des images de chaînes de télévision locales ont montré le bateau en train d’avancer.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n’avait pas attendu la fin du renflouement pour se féliciter plus tôt dans la journée d’une opération « réussie », le célèbre canal étant une importante source de revenus pour le pays.

L’Ever Given s’est mis mardi en diagonale du canal, bloquant complètement cette voie d’eau large d’environ 300 mètres. Les conditions météo extrêmes (vents violents et tempêtes de sable) ont tout d’abord été blâmées, avant que le chef de la CSA n’évoque la possibilité d’« erreurs, humaine ou technique », sans autres indications.

Selon la revue spécialisée britannique « Lloyd’s List », le blocage a créé un embouteillage de 425 navires, qui attendaient ce lundi de pouvoir franchir cette voie essentielle au commerce maritime reliant la mer Rouge à la Méditerranée. L’assureur Allianz a estimé vendredi que chaque jour d’immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars. La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et 9,6 milliards de dollars.

Il faudra « trois jours et demi environ » pour tout résorber, a prévenu Ossama Rabie, président de l’Autorité du canal (SCA), sur la chaîne locale Sadaa al-Balad.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer